Le plus secret des cinéastes de la Nouvelle Vague est décédé à l'âge de 89 ans. En 50 ans de carrière, il aura signé 24 longs-métrages. Par Dépêche (texte)

AFP - Eric Rohmer, décédé lundi à Paris à l'âge de 89 ans, était l'un des cinéastes les plus secrets de la Nouvelle Vague, l'auteur de fraîches comédies sentimentales peuplées de jeunes filles en fleur et un érudit qui célébrait la langue et la littérature françaises.

Souvent vu comme le Marivaux ou le Musset du cinéma français, Eric Rohmer a placé la parole au coeur de ses oeuvres, dont l'intrigue narrative se noue autour de la conversation et du badinage amoureux. En cinquante ans, il a signé vingt-cinq longs-métrages, un documentaire sur les films Lumière et des programmes scolaires pour la télévision.

"Ce n'est pas un travail de faire des films, c'est une passion, comme d'autres ont la passion du jeu ou de la pêche à la ligne", disait Rohmer à l'AFP avant d'ajouter: "je n'ai jamais eu de déceptions en faisant mes films, je n'ai pas eu l'impression d'en rater un".

Né à Tulle (Corrèze) le 4 avril 1920, Jean-Marie Maurice Schérer avait enseigné la littérature avant de se consacrer à la critique cinématographique. Auteur de subtils articles sur Rossellini, Hawks, Renoir ou Mizoguchi, il était devenu rédacteur en chef de la "Gazette du cinéma" en 1950, puis des "Cahiers du cinéma" de 1957 à 1963, et avait publié une thèse de doctorat sur "l'organisation de l'espace dans le +Faust+ de Murnau".

Lire plus ici.